Nanterre : un syndicat étudiant d’extrême-droite dénonce des violences et exige des mesures

Le syndicat étudiant d’extrême droite La Cocarde a réagi publiquement suite à une altercation, sur le campus de la fac nanterrienne, avec des militants d’extrême gauche du NPA Nanterre Université. Ses responsables exigent que des mesures de protection de la part de la présidence de l’université Paris Nanterre.

L’affrontement entre les deux syndicats a eu lieu le jeudi 26 septembre, vers 13 h 45. Dans une vidéo postée sur la page Facebook du NPA Nanterre Université (qui a été retirée depuis – voir capture d’écran ci-dessous, Ndlr), on pouvait voir une altercation violente entre des adhérents de la Cocarde, et des partisans du NPA et de l’Unef, comme le rapporte la Gazette de la Défense.

Les étudiants membres de la Cocarde précisent dans leur communiqué qu’ils n’étaient absolument pas en train de manifester mais qu’ils s’étaient juste réunis en tout petit comité (un groupe de cinq) et étaient simplement en train de déjeuner. D’après le communiqué de la Cocarde, les étudiants ont été encerclés et insultés par une quarantaine de personnes, qui les auraient frappés et leur auraient craché dessus.

Le syndicat de la Cocarde regrette et dénonce une telle attitude violente de la part des mouvances d’extrême gauche, qui selon eux ne tolère pas l’existence de groupes de bords politiques différents et demande à la présidence de l’université de prendre des mesures, afin de garantir la sécurité des étudiants sur le campus . Il est précisé dans le communiqué qu’une plainte en justice a été déposée :

Jeudi 26 septembre, vers 13h45, à l’intérieur du campus de Nanterre, des étudiants membres de la section nanterroise de la Cocarde ont été violemment pris à partie par des militants du NPA (revendiqué sur leur page facebook) et d’autres syndicats d’extrême Gauche. Leur tort ? Avoir eu l’audace de se rassembler… à 5, afin de…déjeuner ensemble.

D’abord encerclés par quelques meneurs ainsi qu’une quarantaine de suiveurs avides de sensations fortes, ils ont ensuite été insultés, ont reçu des crachats, et des coups pour certains, puis par un mouvement de foule ont dû quitter le campus.

Cette violence délibérée et gratuite, qui plus est revendiquée, est inacceptable. On chercherait en vain le moindre incident de ce genre de la part de notre syndicat. Ne se contentant même plus de gêner une activité militante adverse, l’extrême-gauche a franchi un cap en s’en prenant directement à des étudiants hors de tout contexte militant, et au sein même de l’université ! Une plainte a d’ores-et-déjà été déposée au commissariat de police.

Nous interpellons la présidence de l’université de Paris-Nanterre, et lui demandons jusqu’à quand va-t-elle encore tolérer que des milices fassent régner leur propre loi aux dépens de ses étudiants ? Par ce communiqué nous exigeons du président Balaudé une réaction à la hauteur, qui puisse garantir la sécurité de tous les étudiants.

Par ailleurs, la Cocarde Nanterre n’entend certainement pas renoncer à l’engagement qui est le sien, et ne cessera pas de faire entendre la voix d’un nombre toujours croissant d’étudiants qui nous rejoignent ou nous soutiennent.

Regardez aussi

Nanterre : le nouveau quartier récompensé pour son respect de la biodiversité

Le quartier Nanterre coeur université vient de recevoir le label “BiodiverCity®Ready”, pour récompenser son respect …