Nanterre : municipales, le parti Lutte ouvrière présente sa liste

Le parti Lutte ouvrière a fait valider le 14 février dernier par la préfecture sa liste électorale dans le cadre des prochaines élections municipales.

Dans un communiqué de presse du parti, en date du 17 février 2020, le parti annonce avoir formé une liste pour pouvoir partir en campagne pour les échéances de mars 2020. Intitulée ” Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs”, elle sera conduite par Laurent Strumanne et Laurence Viguié.

Cette liste se veut constituer uniquement de personnes qui ne font pas partie de la vie politique, mais qui “partagent la vie et les difficultés des travailleurs”, comme l’indique encore le communiqué. Les candidats veulent faire valoir leurs idées révolutionnaires, pour représenter les classes ouvrières et faire valoir les intérêts de ces dernières contre les plus riches, en prônant la lutte contre le capitalisme et les inégalités sociales.

Les communes populaires, en particulier, sont prises en étau entre les besoins criants et le manque de moyens pour y faire face. En revanche, une commune dirigée par des révolutionnaires pourrait être un point d’appui pour organiser, avec les travailleurs, leurs combats : contre des licenciements, pour soutenir des grèves, contre les expulsions locatives ou encore pour la réquisition de logements vides. Une telle municipalité mettrait ses moyens matériels à la disposition de ceux qui luttent. Elle chercherait à instaurer localement une démocratie ouvrière, en associant à ses décisions les travailleurs, leurs syndicats et leurs associations.

Et même en minorité dans un conseil municipal, des élus de Lutte ouvrière pourraient être les yeux et les oreilles des classes populaires. Ils se feraient les porte-parole de leurs intérêts contre ceux des riches.

 

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – LUTTE OUVRIRERECREDIT PHOTO : TR 92

Regardez aussi

Nanterre : des prisonniers refusent de rentrer dans leurs cellules

Une vingtaine de prisonniers de la maison d’arrêt de Nanterre auraient refusé de réintégrer leur …