La Défense : le procès du marché de la chaufferie aura bien lieu

Il y aura bien un procès, concernant l’affaire du marché de la chaufferie de La Défense, en septembre prochain.

Cette possibilité avait été évoquée il y a quelques mois, quand le parquet de Nanterre avait demandé, le 2 août 2019, le jugement en correctionnelle de cinq entrepreneurs concernés par cette affaire de la chaufferie, pour des faits de corruption et abus de bien sociaux.

Et même si les avocats des accusés affirmaient que cette procédure était contraire au droit français, Le journal Le Parisien a annoncé le 12 janvier qu’un procès allait bien avoir lieu en septembre 2020, du 21 au 25 septembre plus précisément.

Petit rappel des faits : la chaufferie de La Défense était gérée par la societé Climadef depuis 1968, mais en 2001, cette gestion passe au groupe Enerpart-Vatech-Soffimat (Enetherm) après une décision du syndicat Sicudef. Une première pour corruption est ouverte en 2002 pour étudier ce changement de gestionnaire.

Parmi les accusés, figure Charles Ceccaldi-Raynaud, ancien maire de la ville de Puteaux décédé le 18 juillet 2019. Ce dernier, selon les révélations du Parisien aurait d’ailleurs impliqué sa fille dans l’affaire, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, affirmant qu’elle avait touché des pots-de-vin pour attribuer le marché à Enetherm. L’actuelle maire de Puteaux a bénéficié d’un non-lieu.

Parmi les autres accusés, figurent entre autres Bernard Forterre, ancien dirigeant de la Compagnie générale des Eaux-Vivendi, et Jean Bonnefont, ancien dirigeant de Charbonnage de France.

SOURCE : LE PARISIENCREDIT PHOTO : TR 92

Regardez aussi

Rueil-Malmaison : le collège La Salle Passy Buzenval site d’accueil pour le service national universel

La préfecture d’Ile-de-France a annoncé une liste de huit sites qui accueilleront les jeunes en …