Colombes : des pharmaciens agressés pour des masques et du gel

Un homme bien connu des forces de l’ordre est accusé d’avoir agressé un couple de pharmaciens de la cité 71 à Colombes, mardi 17 mars. Il voulait se procurer du gel hydroalcoolique et des masques.

Quand le pénurie de masques et de gels rend fou. Un couple de pharmacien dont l’officine est installée rue Gabriel Péri à Colombes ont été agressés mardi 17 mars par un client sur les nerfs.

Ce dernier, un jeune homme bien connu des services de police selon Le Parisien, n’a pas cru en leur rupture de stock de masques de protection et de gels hydroalcooliques qu’ils ont pourtant tenté de lui expliquer, alors que la pharmacie était bondée mardi.

« Il a tout de suite commencé à m’insulter », a indiqué la pharmacienne au quotidien régional du jeune homme, persuadé que des stocks étaient cachés dans l’officine. « Aux insultes succèdent les coups. L’agresseur s’en prend au pharmacien, il le pousse, le frappe. Dans la bousculade, les deux hommes se retrouvent à l’extérieur, devant la pharmacie. Des clients tentent de les séparer. En vain », poursuit le quotidien.

Les parents du jeune homme sont ensuite arrivés. « Ils sont venus le soutenir et en ont remis une couche. Là, on a eu droit aux menaces de mort. Des trucs du style « Tu vas te rappeler de nous » et bien pire », assure la pharmacienne de 29 ans.

Les policiers sont intervenus alors que le suspect était déjà partis, mais ils ont rapidement pu le reconnaître grâce aux images de vidéosurveillance. Le jeune homme s’est finalement présenté lui-même au commissariat le lendemain. Il est actuellement sous contrôle judiciaire et poursuivi pour des faits de violences volontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de travail (ITT) inférieure à huit jours (sept pour le pharmacien et deux pour sa compagne).

Le couple a en outre décidé de fermer boutique jusqu’à jeudi 19 mars au matin, le temps d’embaucher un agent de sécurité face aux tensions et agissements de certains de leurs clients : « On sent que les gens ont peur et l’agressivité ressort », assure la pharmacienne.

SOURCE : LE PARISIENCREDIT PHOTO : TR 92

Regardez aussi

Coronavirus : Total débloque 50 millions d’euros de bons d’essence pour le personnel soignant

Dans un contexte d’épidémie de coronavirus, Covid-19, la solidarité des entreprises se joint à l’effort …